Une simple obligation réglementaire ?

obligation

L’évaluation externe est loin d’être une simple réponse à une demande réglementaire. En s’inscrivant dans la démarche d’amélioration continue de l’établissement, elle constitue un levier de progrès du service rendu et de mobilisation de tous les acteurs concernés. Elle est aussi un outil de dialogue entre la structure gestionnaire et ses financeurs.

Nous intégrons vos spécificités dans le cadre d’une approche systémique et participative

L’évaluation externe vise à apprécier si, dans le cadre des missions assignées, les moyens déployés et les prestations proposées par l’établissement sont adaptés aux besoins et attentes des personnes accompagnées.

Chaque évaluation externe, guidée par un projet évaluatif singulier, répond à un questionnement évaluatif spécifique. Ce questionnement est construit au regard du cadre de référence et des caractéristiques propres à l’établissement.

A la suite d’une appréciation globale, l’évaluation externe vise à analyser de façon approfondie un nombre restreint de thématiques, lesquelles servent de fils conducteurs pour évaluer la structure dans son intégralité et de façon transversale. L’approche systémique est donc ici particulièrement adaptée puisqu’elle considère que toutes les dimensions d’une organisation sont interdépendantes et interagissent.

Les principes en appui de notre démarche d’évaluation

  Partir de la compréhension du parcours, de la situation et des activités de l’établissement
Pour être objective et pour qu’elle s’inscrive dans une démarche d’amélioration continue, l’évaluation externe doit être contextualisée en fonction des missions de l’établissement, de son histoire et de son implantation territoriale. Elle prend appui sur l’évaluation conduite en interne, la prolonge, la complète et, le cas échéant, permet aux acteurs d’en améliorer la conduite et l’utilisation.
  Réaliser l’évaluation en lien avec tous les acteurs de l’établissement
Les Professionnels: – direction – encadrement – représentants du personnel – salariés – intervenants externes – intervenants bénévoles- membres du CA. Adaptation des modalités de leur participation à l’effectif et au contexte des relations de travail.Les Usagers sont partie prenante de l’évaluation et sont impliqués dans le recueil d’informations. Les modalités de leur participation sont adaptées en fonction du nombre d’usagers et de leurs niveaux d’autonomie.
L’Environnement de l’Usager (familles ou proches), est sollicité lorsque le niveau d’autonomie des Usagers est insuffisant.
Les Partenaires peuvent être consultés dans un objectif d’évaluation de la continuité et de la complémentarité des interventions.
  Inscrire l’évaluation dans une démarche de qualité et d’amélioration de la prestation pour le mieux-être des usagers et des professionnels qui les accompagnent.
Ceci constitue un appui ou une condition à l’obtention du renouvellement de l’agrément de l’établissement.
Mais au-delà, il s’agit du sens et des fondamentaux de l’évaluation qui prennent appui sur deux observations simples :
1) toute action, toute décision produit un résultat
2) il n’y a pas de progrès sans mesure, sans évaluation de ce résultat
De plus, nous restons toujours attentifs aux liens réciproques entre le bien être des usagers et celui des professionnels qui les accompagnent
  Inscrire l’évaluation dans une démarche d’amélioration de la qualité pour optimiser le dialogue de gestion avec les financeurs.
L’évaluation externe doit fournir à la structure des éléments objectifs et contextualisés lui permettant de mieux valoriser ses points forts et de négocier les moyens à mobiliser dans le cadre des plans d’amélioration.
  Conduire une approche globale et une méthodologie rigoureuse
L’évaluation est conduite par une équipe de consultants et intervenants expérimentés dans le secteur social et médico-social et ayant les compétences méthodologiques de l’évaluation.

Ces fondamentaux constituent la base de notre déontologie en cohérence avec les principes portés par la charte que nous avons signée auprès de l’ANESM. Ils s’inscrivent dans une démarche éthique, fondée sur l’écoute et la mobilisation des compétences adaptées au projet.